29 Avril 1968 …

Aujourd’hui, je célèbre un tournant important dans la vie de mon blog, par une citation de l’un de mes “maitres”: Jacques Rouxel. (entête du blog)
Les plus jeunes ne doivent pas connaitre, mais sachez qu’il a marqué son époque et bien après puisqu’il est toujours dans la mémoire de beaucoup de monde. Son oeuvre lui survit et demeure à jamais d’actualité.
Un maitre de la “pensée subversive”, un maitre du “bon sens”. A vrai dire, je ne sais pas s’il y a vraiment un “bon sens” et tant il est propre à chacun, mais j’ai choisi d’en faire une sorte de “cheval de bataille”. Surtout pas dans l’idée de donner des leçons et d’expliquer ce qu’il faut penser, car c’est justement ce que je veux combattre. L’objectif est plutôt d’essayer d’illustrer des gens qui ne pensent pas comme “tout le monde” et qui ne tombent pas dans le piège de la pensée unique.

Ceci est mon testament “de la politique”

Et oui, face à la médiocrité de la campagne 2017, j’ai bafoué l’une de mes règles de vie: je suis sorti de ma réserve pour m’exprimer sur l’offre qu’il nous était donnée et sur mes interrogations.
En plus, j’ai totalement failli dans mes pronostics. Je voyais Le Pen “sortie” du jeu sans ménagement. J’ai confondu mes espoirs et le futur probable. Alors c’est bon, j’ai compris. Ca n’est pas mon monde. Trop clivant. Trop hargneux. Trop de gens qui ont raison, qui ne doutent pas.
J’ai retiré les billets en question (mais j’en ai laissé un) et j’en tire 3 enseignements: