Big Up: Gérard

Ce doit être un privilège de l’âge que d’être de plus en plus confronté à la mort. Ca commence généralement tout à fait “normalement”, le bout du chemin, comme ils disent. L’âge en un mot. Puis d’autres “normalités” viennent à rappeler que la mort fait partie de la Vie, mais n’en reste néanmoins bien difficile à accepter. Ce sont les accidents (Ludo), le refus de vie (René), puis les maladies.
Jamais on ne s’y habitue. Toujours ce goût du regret. Cette impression d’avoir raté quelque chose, quelqu’un, un possible, d’être passé à côté.

Trop vite. Trop loin. Trop occupé …

Médicaments à 1 million de $

Bien sûr que l’on nous dira que la “recherche” doit se financer et que sans argent, rien n’est possible, pas de nouveaux médicaments, pas de nouveaux traitements, pas de possibles guérisons …

Effectivement, si l’on prend le problème par ce bout, il n’y a pas de solution, sauf à assister impuissant à une inflation des prix sans limites.
Ne sommes-nous pas arrivés à cette limite depuis bien longtemps déjà, par un système qui rend aveugle et sourd ?

Adieu, les technocrates de l’intelligence, petits marquis d’un monde fini

Je voulais commencer par du positif, il y en avait, mais ma journée s’est fait “carjackée” par un touitte apparu dans ma TL grâce au camarade @billaut, que je ne remercie pas. 🙂
Je parle d’un soi-disant texte “magnifique” d’un curieux individu, ayant lui aussi forcé ma TL: Gaspard Koenig.
A la première lecture, inattentive, on pourrait être d’accord. Quand on nous montre ce que l’on nous montre sur les “d’jeunes” à la télévision. Mieux même, mon expérience pourrait s’apparenter à celle de Koenig, en ayant pris les jambes à mon cou avant d’avoir terminé le chemin de croix, dégouté par leur “pédagogie”, le niveau des matières enseignées, le peu d’implication des professeurs et des assistants de TD, les moyens, l’ambiance … et le futur possible,

Startup, quand t’es dans le désert …

Quand le Président Trump félicite Elon Musk et @SpaceX (enfin … car seul on est seul et il faudrait quand même féliciter un travail d’équipes remarquable), il est de bon ton de rappeler que les immigrants peuvent aussi faire des choses … intéressantes. Sous-entendu: heureusement qu’ils sont là !
OK, c’est de bonne guerre.
Mais je voudrais juste mettre l’emphase sur un autre point, passé inaperçu auquel m’a fait penser ce touitte décidément mieux bien inspiré : “this achievement, along with @NASA’s commercial and international partners …”.

Touchez ma bosse Monseigneur …

Monétisons nos données personnelles !
C’est le nouveau mantra de quelques-uns, qui appâtés par l’herbe plus verte dans le champ des “GAFA” ou le besoin d’exister, pensent pouvoir, par ce biais, limiter leur pouvoir et rééquilibrer les forces en présence.
C’est une très belle illustration de comment, en luttant (de front, de façon un peu légère) contre un modèle / un système, on ne fait que le renforcer.

Mais OUI, on en a des champions du numérique Français !

Ce qui est bien le dimanche, veille de Noël en plus et en revenant le jour même en France, c’est que je pouvais me croire à l’abris de nouvelles polémiques sur le numérique et autres sournoiseries. Et bien non … j’avais oublié que le dimanche, c’est le jour du JDD. Comme quoi, les news et les c* n’ont pas de jours de repos. Ce matin, c’est :
Neutralité du web : un frein pour avoir (enfin) un champion numérique français?

Attention au discours sur la baisse du niveau scolaire

Il devient de bon ton de critiquer le niveau scolaire et d’alarmer sur sa dangereuse chute. C’est un fait.
Mais curieusement, pour noyer le poisson ou pour aider à contre balancer l’argument, d’autres voix s’élèves pour dire qu’il a toujours été reproché cela et même de remonter à Goethe, Erasme ou Juvénal.
Encore un bel exemple de bullshit qui tend à noyer le poisson et se faire diviser les opinions pour qu’elles ne s’affrontent mieux sur la forme et ne rien faire sur le fond.

RIP …

RIP: “Requescat In Pace” ou Rest in Peace.
C’est de saison après le décès de Jean d’Ormesson et de Johnny Hallyday. Cette expression m’a toujours interloquée quand elle est utilisée à tort et à travers. Je peux la comprendre, venant d’une tradition chrétienne où après la mort, il n’y aurait une grande attente jusqu’au “jugement dernier” pour ensuite aller au paradis ou en enfer. Donc en attendant … on doit reposer en paix. Je résume 😉
Ce qui me fait rire, c’est l’abus de cette locution par tout un ensemble de gens qui se veulent farouchement athée et qui vous expliquent doctement qu’après la mort … il n’y a rien.
Donc à ceci, je demande: à quoi cela sert de “reposer en paix” ?
En effet, si le défunt ne repose pas en paix, alors que fait-il ?
Les mots ont un sens !

J’ai fait un rêve … une école

Je dois vous l’avouer, j’ai assez majoritairement détesté l’école.
Au début, pendant une période je l’ai aimé mais je n’ai pas pu y aller, puis tout s’est trop vite enchainé. Sans jeu de mot.
J’ai beau chercher dans ma mémoire, les moments d’ennuis, de peurs, de stress, de sentiment de perte de temps dominent les rares moments de plaisir.
Tout, depuis la boule au ventre le lundi matin, le chemin de l’école, très, trop tôt, jusqu’à la cantine, en passant par les cours, les interrogations surprises ou pas, tout a été une expérience dont je suis heureux d’être sorti. Depuis petit jusqu’à l’université où j’ai pu m’échapper bien vite, tout a été un exemple incroyable de la notion de User Experience” … ou plutôt de son absence totale; Ici l’intérêt de l’enfant est un paramètre comme d’autres.